Taxons le Grand Capital!

Publié le par Guild

Taxer les banquesNon, cette phrase n'est pas empruntée à Arlette Laguillier ou Olivier Besancenot, mais bien à Gordon Brown, le premier ministre britannique. Non évidemment qu'il n'a pas employé exactement ces termes mais c'est l'esprit d'un accord qui est sur le point d'être passé entre la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni lors du G20 en novembre.

Cet accord porterait sur une taxe internationale sur les banques, et malgré le scepticisme de certains le projet semble avancer. "Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont discuté de ce que nous pouvons faire ensemble [...] Nous sommes d'accord sur la nécessité d'une base commune." annonçait Gordon Brown au Financial Times, les propos étant rapportés par Le Monde. Sur le principe d'une taxe alimentant un fond de secours pour les banques comme celle adoptée par l'Allemagne la semaine dernière, le premier ministre britannique explique que la relation entre les banques et la société civile appelle un dispositif de la sorte.

Manoeuvre électoraliste, peut-être... Des élections législatives doivent avoir lieu début mai en Grande Bretagne, mais le principe est intéressant dans le sens où les futurs épisodes de crise financière liées au risques pris par les banques ne seraient pas épongés par le denier public... En espérant bien sûr que le dispositif ne soit pas répercuté sur le client, ce qui reste une autre histoire. Gordon Brown espère également un ralliement de la part de Barack Obama ayant déclaré son intention de mettre en place un prélèvement sur les banques disposant d'un actif supérieur à 50 milliards de dollars. L'accord avec les Etats-Unis reste cependant, à mon avis conditionné, par la perception sur le moyen terme de la nouvelle fiscalité découlant de son plan santé. Remettre sur la table la possibilité d'une nouvelle taxe risque d'être préjudiciable à la popularité déjà ébranlée du président américain.

De notre côté, Christine Lagarde se dit favorable à une taxe sur "les institutions financières qui, par leurs activités ou leur profil de risque, font courir un risque à l'économie ou au pays" sans pour autant utiliser cette taxe en tant que fond d'assurance, mais plus surement pour constituer un nouveau prélèvement utilisable. Espérons que ce projet voie le jour et qu'il ne soit pas dévoyé de son sens premier d'ici là.

Publié dans Economie

Commenter cet article