Les ghettos du "Plat pays"

Publié le par Guild

Ghettoisation de la banlieue bruxelloiseLa télévision flamande VRT a révélé hier des accords entre plusieurs communes de la banlieue de Bruxelles et des promoteurs privés afin d'empêcher les francophones de devenir propriétaires sur leur territoire. Depuis quelques années déjà les logements sociaux gérés par le gouvernement de Flandres sont réservés aux néerlandophone ou ceux prêt à le devenir.

Cette nouvelle risque de remettre le couvert sur les désaccords entre Flamands et Wallons, jusqu'alors relégués en second plan à cause de la crise financière et le dossier Fortis par exemple. La chaîne publique néerlandophone révèle donc que des "accords oraux" ont été passés entre plusieurs bourgmestres et des promoteurs privés afin de fournir aux autorités municipales de Vilvorde ou Overjise, entre autres, la liste des candidats à la propriété. De la, le choix est fait entre les supposés néerlandophone et francophones pour garantir le caractère "flamand" de la périphérie de Bruxelles majoritairement francophone.

Quand des règles strictes en Belgique régissent la langue de rédaction de documents officiels, la Constitution laisse un certain degré de liberté dans la sphère privée. Tenus de maintenir de bonnes relations avec les autorités, les promoteurs se plient donc aux souhaits de ghettoïsation émanant des maires (bourgmestres). N'allons pas aujourd'hui rappeler certains mots graves mais si la tendance devait se confirmer on devrait assister à un partage géographique encore plus prononcé de nos voisins belges.

Publié dans Société

Commenter cet article