Une Légion d'honneur pour service rendu?

Publié le par Guild

Services rendus à la RépubliqueLe Procureur de Paris, Jean Claude Marin, a été promu dans l'ordre de la Légion d'honneur, fait anodin tant qu'on ne se penche pas sur les dernières réquisitions du magistrat. Représentant l'Etat dans l'affaire Clearstream, ce dernier avait requis, sans succès la condamnation de Dominique de Villepin accompagnée de 18 mois de prison avec sursis, et 45 000 euros d'amende pour "complicité de dénonciation calomnieuse".

Par ailleurs, suite à la relaxe par le Tribunal correctionnel de Dominique de Villepin, Jean Claude Marin, zélé défenseur de la justice, a déposé un appel qui provoquera de nouveau un procès entre fin 2010 et début 2011. Est-il utile de rappeler que lors de cette affaire de faux listing, Nicolas Sarkozy, alors cité, s'était porté partie civile? Le doute m'assaille tout comme la majorité des observateur. L'indépendance du pouvoir judiciaire ne vient-il pas de prendre une sacrée claque dans son immaculée cécité?... 

Le principal intéressé n'a pas manqué de réagir à cette annonce n'hésitant pas à ironiser au micro du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. "Les choses ont été si violentes et en même temps si claires. Je vois avec bonheur aujourd'hui pour les intéressés que Jean Claude Marin est nommé officier de la Légion d'honneur [...]. Voilà, pour moi, la messe est dite [...] Je ne suggère rien, je dis tout simplement, joyeuses Pâques!" c'est en substance ce que déclarait Dominique de Villepin.

L'hyper-présidence marche bien, c'est à n'en pas douter, peu importe la baisse de popularité les bonnes vieilles recettes pré-électorales fonctionnent ce n'est donc pas le moment de s'en inquiéter. Le but est pour l'instant d'écarter les voix dissidentes ou de mettre en place un meilleur contrôle de l'espace public. Tant que l'on trouvera des agents de l'Etat rompus au service de l'exécutif, certains à l'Elysée peuvent compter les beaux jours à venir. 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article