Stop ou encore?

Publié le par Guild

La pub sur le service public bouge encore!La mission Copé sur l'audiovisuel public avait accouché en Mars 2009 de la suppression de la publicité après 20h sur les écrans de France Télévisions avec pour objectif la suppression totale de celle-ci entre 6h et 20h en 2011. C'était sans compter la navigation à vue qui s'est mise en place au sein de la majorité après les élections régionales. Selon Reuters, Jean François Copé, encore lui, président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale se serait prononcé contre cette suppression programmée.

Si le projet de loi présenté par Christian Kert, revenant sur la loi de Mars 2009, devait être retenu au cours de la table ronde "Télévision et Publicité" de la Commission des Affaires Culturelles de l'Assemblée ce mercredi, tout le processus de privatisation de la régie publicitaire du groupe public devrait être remise en cause. Décriée par les syndicats et par l'opposition, cette réforme de l'audiovisuel public voulue par Nicolas Sarkozy est remise en cause par un Copé qui ne pense pas que "la suppression de la publicité avant 20h soit nécessaire". "L'intérêt par rapport au coût est trop faible. Je ne suis pas sûr que les téléspectateurs y seraient sensibles" rajoute-t-il dans un entretien accordé au Point.

Le coût de cette suppression totale tournerait autour de 200 millions d'euros et le représentant du groupe UMP ne souhaite donc pas imposer ce surcoût aux contribuables. Heureusement que la prise de conscience se fait aujourd'hui quand on commence à ressentir les premiers effets de la suppression de la publicité après 20h dans les annonces des FAI, taxés pour financer la réforme. La promesse de ne pas toucher à la redevance était remise en cause indirectement par ces annonces.

L'autre volet sur lequel pourrait influencer le retrait de cette loi est l'opération de rachat de 70% de la régie publicitaire de France Télévisions rappelée plus haut. La vente de la régie ne se justifierait plus si la publicité devait être maintenue annonçait Patrick de Carolis au JDD. Il proposerait alors, dans cette éventualité, au conseil d'administration de la chaîne du 13 avril d'interrompre les négociations avec le consortium acquéreur Lov-Publicis.

Après le report sine die de la Taxe Carbone, c'est un nouveau cheval de bataille de la majorité qui est remis en cause au sein même du groupe UMP. Alors qu'il avait défendu bec et ongles cette réforme, Jean François Copé joue dans ce dossier le rôle du saboteur et, depuis la déroute au régionales, il semblerait que par ce biais la majorité soit en quête de voix en prévision des prochaines échéances électorales. Mais la méthode de la baguette de sourcier est-elle la meilleure pour mettre en place un projet de politique nationale? 

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article