Ligue 1... Des Champions

Publié le par Guild

Ligue 1 à l'honneurAlors oui, sous mes faux airs de technophile à conscience sociétale, il y a un beauf fan de sport (qui a dit à la télé!) qui sommeille en moi. Et les événements sportifs comme celui que beaucoup vont suivre ce soir sont propres à faire bouillir mon sang de méditerranéen (velu?).

Ce soir, donc, se déroule au Stade Gerland à Lyon, un quart de finale de la Ligue des Champions, opposant, fait suffisamment rare pour le souligner, l'Olympique Lyonnais aux Girondins de Bordeaux soit pour les plus hermétiques d'entre vous au foot et à la géographie, deux équipes françaises. Ce n'est cependant pas la première fois que deux équipes françaises se rencontrent à ce niveau d'une compétition continentale, mais dans un contexte de dénigrement du football français ressenti à travers les résultats de l'équipe tricolore ou les problèmes de violence autour du PSG, ce match aller se présente comme une bouffée d'air frais pour l'observateur éclairé.

Au delà de la performance sportive, je souhaite à travers cet article traiter du volet plus psychologique de la rencontre. En effet, le lustre de la compétition et la relative faiblesse financière du championnat français élève ce match au niveau de l'exploit. Pour en venir là, ces équipes ont du se débarrasser dans leur sillage de grands noms tels que le Real Madrid, Liverpool FC, la Juventus de Turin, et se retrouvent ce soir contre... Un pensionnaire de Ligue 1. Et là, pour les joueurs ou les staffs technique, on bascule de l'événement exceptionnel au quotidien morne du championnat français, les paillettes en plus.

Saisissez le paradoxe! David qui jusque là a rencontré des ogres, des Goliaths... Arrivé aux portes des Champs Elysées et de la gloire se trouve face à un autre David. Et finalement, il s'avère que pour chacune des deux équipes il s'agit du pire adversaire possible. La certitude de voir un club français en demi finale de la compétition reste une maigre consolation quand on se dit que l'adversaire est à portée de main. Une défaite serait finalement plus douloureuse qu'une déroute face à un FC Barcelone ou un Manchester United puisque la victoire dans cette situation n'est pas un doux rêve.

Les préparateurs psychologiques des deux équipes auront finalement une part importante à jouer, peut-être même plus que les préparateurs physiques pour dédramatiser la défaite ou la victoire et déclencher cette excitation propre à la Ligue des Champions. Au passage,
la dernière fois je me suis allègrement planté quant au contenu de la rencontre, donc je ne me lancerai pas dans un pronostic sur le niveau de jeu. J'espère simplement être surpris et voir le meilleur gagner!

Publié dans Sport

Commenter cet article