J'ai mal à mon Grenelle

Publié le par Guild

La Fondation Nicolas Hulot claque la porteCe qui devait arriver arriva, la volonté environnementaliste politicienne a été démasquée. C'est en substance ce qu'à dû penser Nicolas Hulot en apprenant le report sine die de la Taxe Carbone suite au camouflet du camp présidentiel aux élections régionales. Comme je le présumais il y a quelques jours, il est apparu évident aux représentant de la Fondation Nicolas Hulot que cette collaboration depuis 2007 au Grenelle de l'environnement et de la mer est rendu caduque suite à l'échec subi. Normal, l'audace ne paie pas en temps de disette, se recentrer sur l'électorat est la priorité.

Il est loin le temps où tous les candidats présidentiables défilaient l'un après l'autre auprès de l'animateur de TF1, loin l'époque où tout le monde était émerveillé et volontaire lors du lancement du Grenelle. Aujourd'hui, Nicolas Hulot met fin unilatéralement à la collaboration initialement constructive, mais pas forcément idyllique, avec les différents groupes de travaux et d'idée centrés sur l'environnement et le développement durable.

"
L'abandon pur et simple de la taxe carbone, alors qu'un processus de concertation était en cours, est symptomatique d'un net recul de la classe politique qui, à droite comme à gauche, n'a pas pris la mesure des enjeux écologiques, et les considère essentiellement comme une variable d'ajustement politique" déclarait la Fondation Nicolas Hulot dans une lettre ouverte aux signataires du "Pacte Ecologique".

L'affaire ne s'arrêtera pas là en principe. WWF France pointe le bout de son nez et exhorte le gouvernement à prendre le problème à bras le corps et à organiser au plus vite une réunions avec les différentes ONG du Grenelle de l'environnement. En parallèle, à cette annonce, on apprenait également le désamour prévisible et le soulagement non contenue d'une majorité des Français suite au retrait temporaire de la Taxe Carbone. 69% des Français, selon un sondage Ipsos réalisé pour France Soir, s'estimant satisfait de la décision de l'autre Nicolas de l'histoire, le Président Sarkozy.

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article